Lleida, Se remonter le moral au coeur de la dépression centrale

Aller à Lleida, aux confins de la Catalogne, c’est en remonter son histoire et comprendre mieux celle de l’Europe. Faite d’un mouvement perpétuel de va et vient animé au rythme des conquêtes et invasions diverses, notre vieux continent trouve ici le résumé de presque trois mille ans d’une histoire particulièrement riche. Trop largement méconnue, la capitale du Ségria mérite largement plus qu’un détour.

Capitale de l’intérieur.

Lleida doit son nom à la tribu locale et Ibère des Ilergetes. Le chef Indibil et son frère Mandoni restent les emblèmes de la lutte contre les romains, deux vercingetorix pour le prix d’un. Les membres de la fratrie s’illustrent au cours de combats contre Scipion devenu l’Africain en quittant l’Hispanie. Indibil connaîtra le même destin que le chef des gaulois et laissera la place à la civilisation romaine mais 150 ans plus tôt que pour les Arvernes. Lleida doit peut être à son passé rebelle, son visage polyfacétique, fière et secrète.  Mais attention la belle l’est plutôt deux fois qu’une, la rebelle donc, ne s’apprivoise  pas de suite, il faut flâner au travers de ses rues étroites, gravir ses échelons, apprécier ses formes généreuses qui dévalent des collines et reposent le long du fleuve Ségre. Une grâce particulière conférée par sa population bigarrée, à la croisée des  destins et des chemins.Toutes les voies d’accès mênent à Lleida et font de cette cité la plus importante de la catalogne intérieure, juché sur la grande dépression  intérieure.

Une ville d’enceinte

La belle lleidatane se protège derrière d’altier remparts qui ne communiquent vers l’extérieur que par des portes. On peut citer celle des Filleuls. Sur la partie méridionale des fortifications, cinq portes monumentales de l’époque romane laissent passer les visiteurs. Le style demeure caractéristique de l’école de Lleida. La ville à l’intérieur de ses remparts propose aux visiteurs une juxtaposition d’époques et de styles architecturaux allant du roman tardif à l’ère moderne, voire avant-gardiste. Les rues, a l’intérieur de l’enceinte dans la partie basse à proximité du fleuve, offrent un large éventail de commerces. En plein coeur de l’axe commercial, se trouve la Palais de la Paeria, Aujourd’hui édifice de la mairie. Ce bâtiment est le plus représentatif de l’architecture civile romane de la ville. C’est également l’une des constructions monumentales les plus emblématiques de toute la Catalogne. Plusieurs couchent superposée produisent une étrange sensation, voyage dans le temps ou mille-feuille architecturale. Derniers travaux en date, la façade donnant sur le sègre date de 1929, les architectes ont opté pour une rénovation au caractère néo-médiévale. Cette dernières strates ajoutée à l’existant pourrait être d’un goût douteux; il n’en est rien, l’équilibre se trouve au rendez-vous. C’est au XIV ème siècle que la famille initialement propriétaire des lieux cède l’édifice à la ville afin de devenir le siège du gouvernement municipal. La Paeria qui procède de «paer en cap »  signifie résidence du maire dans le catalan régional de l’époque

La Seu Vella

Cerise confinée au sommet du gâteau lleidatà, la seu vella s’expose à tous les regards même les plus lointains,  à son sommet la vue se perds dans les lointains de la région.  Dernièrement les catalans, lors d’un vote l’ont élue comme l’un des monuments  les plus important de la Catalogne. Plusieurs solutions vous sont proposées pour accéder à la Cathédrale et à son ensemble monumental. Destination indispensable, vous y rendrez à pied ou en voiture depuis la rue Sant Marti, en penetrant l’enceinte par la porte du lion. Coiffe de dentelle de la ville, sa construction commence en 1203, sous la direction  de maître Pere de Coma. A l’origine, on y trouvait une mosquée musulmane. L’église Santa Maria est consacrée en 1278, le cloître sera terminé au cours du XIV ème siècle. A cette même époque les travaux de construction du clocher débutent et se terminent en 1431. A l’intérieur de l’église, plusieurs influences se mêlent avec bonheur. La toscane, la toulousaine et la provençale. Le cloître situé dans la partie occidentale de la cathédrale demeure un exemple unique dans tout le pays. De forme rectangulaire, les nefs, traversées de cinc travées, ornées d’arcs ogivaux, reçoivent une chaude lumière provenant de fenêtres richement décorées

Riche patrimoine

Indispensables compléments à la visite, on peut continuer la plus occidentale des visites catalanes par d’autres points remarquables. La Commanderie templière de Gardeny, déjà citée dans un de nos précédents articles. Elle demeure un des témoignages les plus remarquables de l’architecture templière bâtie en Catalogne. Entre le XVIIème et le XVIIIème siècles on réalise d’importantes modifications qui dénaturent l’ancienne physionomie de l’ensemble médiéval, mais aujourd’hui encore on conserve de nombreux témoignages de l’enceinte souveraine. Un espace délimité par un périmètre de murailles et flanqué de tours, à l’intérieur duquel sont répartis les différents bâtiments construits autour d’une cour centrale. En contrebas de la seu, dans la rue la plus commerçante, on se retrouve en face d’une petite chapelle entourée d’immeubles modernistes. EL peu del Romeu, étape clés sur la route de Saint-Jacques de Compostelle.Enclavée dans ce qui fut le quartier chrétien à l’époque musulmane, l’édifice, aujourd’hui rend culte à saint Jacques, dont le passage à Lleida est annuellement rappelé par une procession la veille de la saint Jacques (24 juillet). Cet endroit est inclus dans l’itinéraire catalan de pèlerinage du Chemin de Saint-Jacques. Autre bijou, l’ancien hôpital Santa-Maria. L’ancien hôpital de Santa Maria est une construction gothico-plateresque des XVe et XVIe siècles, c’est l’actuel siège de l’Institut d’Études de Lleida (Institut d’Estudis Ilerdencs).
Le portail révèle une image de la Vierge et des boucliers avec des blasons aux couleurs de Lleida. Un escalier de pierres naît dans la magnifique cour centrale. Cet escalier conduit à une galerie d’arcs ogivaux. L’édifice abrite la salle gothique, un lieu d’expositions temporelles avec un retable baroque dédié à Notre Dame des Anges et réalisé en 1738 par F. Escarpenter. La Salle d’archéologie renferme des matériels préhistoriques, ibères, romains et wisigothiques.

La Lleida Moderniste et moderne

Lleida comporte un riche catalogue d’immeubles modernistes, récemment restaurés, donnant un éclat particulier à la ville. Beaucoup d’ouvrages sont l’oeuvre de l’architecte Francesc de Paula Morera. Le théâtre municipal, la maison Melchior, la maison de Balash, la maison Xam-Mar. Juste en contrebas de la seu Vella, vous découvrirez la Lleida moderne, le palais de justice, l’université, la place Sant Joan, ultra moderne au centre ville, véritable théâtre des scènes quotidiennes de la ville. Lleida est une ville moderne, culturellement active, bien desservie et enclavée dans un environnement naturel unique. Et pour les gastronomes, sybarites, fanatiques du palais, n’oubliez pas que l’une des spécialités de Lleida, est l’escargot, occasion rêvée de comparer nos savoir faire culinaire pour accommoder le plus catalan des gastéropodes.

Hugues Argence